Moussa, 16 ans, Guinéen, accueilli au centre pour jeunes migrants de MSF à Pantin

Après avoir découvert le dispositif  déployé par Médecins Sans frontières dans son centre, il est temps de mettre des visages sur ces jeunes isolés.

Me voici donc à passer un moment convivial avec la trentaine de jeunes présent ce jour là. Tout commence par une partie de baby-foot, histoire de détendre l’atmosphère. J’ai lamentablement perdue la partie (mais ça si vous suivez Bonjour Pantin vous le savez déjà). Et je pense que mon échec a aidé à libérer la parole.

Et c’est lors d’une partie de carte ou je m’en suis mieux sortie (8 américain toute ma jeunesse) que Moussa 16 ans me demande s’il peut me poser une question, il me demande pourquoi on ne veut pas reconnaître sa minorité. Je suis bien démunie face à cette question et je vois bien qu’en face de moi j’ai un jeune adolescent et non un adulte.

Il me raconte son parcours, il a quitté la Guinée et à traversé plusieurs pays dont le Niger et la Libye avec tout ce que cela implique d’insécurité, d’humiliation et de souffrance.

Il arrive sur le continent européen par l’Italie, mais c’est compliqué il ne parle pas Italien et il a fait 8 ans de français à l’école. Alors il vient en France, commence par dormir dans la rue du côté de Stalingrad et après une rencontre avec une riveraine, elle lui propose de dormir provisoirement chez elle le temps de trouver une solution.

Aujourd’hui il est venu au centre de MSF pour rencontrer l’assistante sociale mais aussi pour partager des instants de détente avec les autres jeunes, “il y en a qui parle ma langue, ça fait du bien”. Il m’avoue qu’il ne pensait pas que le chemin serait si dur et qu’il croyait naïvement qu’en arrivant en France il pourrait se poser et aller à l’école.  Quand je lui demande ce qu’il espère pour son futur il me répond” retourner à l’école pour maîtriser parfaitement le français et pouvoir continuer ma vie normalement”.


Note: toutes les photos ont été réalisées par Antoine Kremer pour MSF 

Abonnez-vous à la Newsletter
S'abonner