La Bellevilloise à Pantin : quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup?

Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui j’écris mon 1er billet d’humeur sur Bonjour Pantin. D’habitude je ne parle que des aspects positifs de notre ville : vous faire découvrir des initiatives, des créateurs, des artistes, des événements, des lieux est la seule ambition de votre serviteur et des contributeurs de Bonjour Pantin. Donc profitez-bien de cet article débat, il restera très exceptionnel. Et n’hésitez surtout pas à donner votre avis en commentaire ou sur la page Facebook!

A la place de ce coup de gueule j’aurais largement préféré vous écrire un joli papier sur les projets à venir dans le quartier du port à Pantin et comment ils allaient y apporter le dynamisme que les néo-pantinois attendent tant. Cet article m’aurait permis de répondre dans le détail à tous ceux qui me demandent: « Hé Pierre, toi qui connaît bien Pantin, tu as des infos sur la Bellevilloise qui doit s’installer aux Magasins Généraux? Et la Halle d’Augustin Legrand elle ouvre quand? ». Malheureusement je n’ai aucune réponse à leur apporter de vive voix, ni dans cette article, et ce n’est pas faute d’avoir essayé de me renseigner. Concernant ces deux projets annoncés début 2016 , le silence est aujourd’hui assourdissant.

Début 2016 Le Parisien dressait les contours de ce projet prometteur. En comptant la Halle d’Augustin Legrand (dont on a reçu qu’un court message sur Facebook « Nous sommes en retard, on vous recontacte rapidement ») deux « cantines fétiches de l’est parisien » devaient ouvrir leurs portes l’été 2016 pour dynamiser le quartier et apporter leur lot de plaisirs culinaires et de rendez-vous artistiques. Et pour le coup on s’en léchait les babines d’avance.

Vue des Magasins Généraux à l’occasion du Oui Share Fest début juillet 2017

Dès début janvier 2017, quelques semaines après le lancement de Bonjour Pantin, j’ai pris contact avec l’équipe des Docks B via leur site internet qui est toujours en ligne pour leur demander un interview. Le projet était simple: dessiner dans un article les contours de ce futur haut-lieu de la vie festive pantinoise et vous donnez à vous, chers lecteurs, le pourquoi du comment de ce projet et ce que vous pourriez y trouver une fois ouvert. Est-ce que ce sera un lieu populaire, ouvert sur la ville, ouvert aux familles? Ou plutôt un lieu axé sur la musique, les concerts et la fête? A combien sera le café? Et le demi? Y-aura-t-il une terrasse sur la place de la pointe dont les pantinois pourront profiter les jours de soleil? Et quid du projet de bateau?
Malheureusement, on me dit de reprendre contact plus tard, puis encore plus tard, puis je reçois un sibyllin « ouverture octobre » puis plus de réponse à mes messages. En soit je ne suis pas vexé, Bonjour Pantin n’est rien d’autre qu’un projet léger d’information positive sur les réseaux sociaux. Et je ne représente que moi-même, des pantinois contributeurs, et des pantinois qui suivent nos publications sur les réseaux sociaux. Et libre à chacun d’accepter ou non de me rencontrer…

Mais malgré tout, j’éprouve une légère frustration, un sentiment étrange… Mon excitation de voir ouvrir de nouveaux lieux de vie et de rencontres à Pantin est refroidie par ce silence inattendu. Et ce sentiment m’a été partagé par certains néo-pantinois du quartier « NewPort » qui ont hâte de voir leur cadre de vie s’animer comme on leur a promis depuis plusieurs années.

Le canal gelé en hiver…comme les projets de la Bellevilloise et d’Augustin Legrand? Crédit photo : Françoise Boule

Je comprends facilement que les projets aient pu prendre du retard et que ce soit plus compliqué que prévu. Mais ce qui m’interroge c’est pourquoi ces futurs acteurs basés à Pantin ne donnent pas de nouvelles depuis tout ce temps. Avec leur taille, leur emplacement géographique, l’expérience de leurs fondateurs (La Bellevilloise, la Rotonde, la petite halle de la Villette, les halles de legrand) ils seront en capacité de révolutionner Pantin et n’ouvrent pas le dialogue…

Face à leur silence, on ne peut qu’émettre des hypothèses, et celles-ci sont moins optimistes que la ligne éditoriale de Bonjour Pantin…

Hypothèse 1 : les pantinois ne sont pas la cible

La Bellevilloise et Augustin Legrand savent qu’avec leur signature ils attireront sans difficulté une clientèle parisienne et aisée friande de découvertes interlopes extra-périphériques tant qu’elles y trouvent un spritz à 10€ et le « meilleur burger de Paris » selon le dernier blog à la mode. D’ailleurs les City Guides parisiens sont tous dans les starting blocks pour encenser ces lieux fashion du « nouveau brooklyn ». Le Bonbon n’a même pas attendu l’ouverture pour flatter les qualités des Docks B. qualifié de lieu « idéal pour prendre un apéro musical au Café-Concert »…
-« eh le stagiaire, on t’a dit , toujours vérifier tes sources en regardant les photos sur Instagram pour être sûr que c’est ouvert! »

Mais dans ce cas, les pantinois seront-ils la cible de ces lieux? Où alors en seront-ils exclus par des tarifs prohibitifs et une programmation volontiers « ultra pointue ». Les 4 Chemins et les Courtillières sont géographiquement loin de ce cœur de ville en pleine effervescence, mais si aucun effort n’est fait pour attirer les « locaux », la distance se transformera en obstacle insurmontable, creusant ainsi le fossé qui existe entre le canal, épicentre du « nouveau Brooklyn » et les quartiers populaires de Pantin, qui seront ainsi condamnés à stagner…

Hypothèse 2 : ces lieux n’ouvriront pas

La Bellevilloise a remporté début juillet un appel d’offres de la ville de Parispour bénéficier d’un emplacement privilégié pour une future péniche-bar. Et c’est la péniche Cinéma qui devra leur laisser sa place en janvier prochain dans le Parc de la Villette. Il y aurait donc une « Bellevilloise » à La Villette et une autre à Pantin à moins de 2 kilomètres? On peut imaginer qu’il est difficile de mener de front deux projets de cette envergure. Entre Paris et Pantin ils auraient donc choisi? Et si la Bellevilloise ne vient pas, Augustin Legrand serait donc frileux de s’installer tout seul? Fin de hype pour le « nouveau Brooklyn »?

L’enseigne restera-t-elle définitivement provisoire?

En attendant c’est Pantin et les pantinois qui trinquent, avec un superbe quartier qui manque cruellement de commerces et de lieux de vie. Pourtant les projets porteurs de sens et de lien social sont nombreux et pourraient donner vie à ces espaces que les acteurs privés boudent… La Pantine par exemple fait l’unanimité sur le papier. Ce projet de café / coworking  élu en 2016 projet référent par le conseil du quartier « Eglise de Pantin », a décroché une subvention de la région Ile-de-France  et s’est vu décerné le label Living Lab par La Fondation des Territoires de Demain. Pourtant les porteurs du projet n’arrivent pas à trouver de lieux, et ça fait plusieurs années qu’ils cherchent...l’apathie des projets privés pourrait-elle leur bénéficier? Affaire à suivre dans tous les cas!

 

Crédit phot de l’image de « Une » : Laurent Provost

Abonnez-vous à la Newsletter
S'abonner