Pantin, manufacture des vices de la capitale

Depuis mars 2016, la bière parisienne « La nouvelle Gallia »  a posé ses cuves au 35 de la rue Méhul à Pantin. Bibine en vogue pendant la première moitié du XXème siècle, il s’en buvait jusqu’à 15 millions de litre par an, soient 30 millions de pintes, ou 60 millions de demis!

Stoppée en 1968, la production a été relancée en 2010, sous l’impulsion de deux amis passionnés de bière, Guillaume Roy et Jacques Ferté. Et c’est à Pantin, dans d’anciens entrepôts industriels, qu’ils brassent depuis l’année dernière la cervoise tant appréciée des parisiens. Objectif annoncé pour cette année : 1 millions de bouteilles!

Les deux heureux fondateurs de Gallia

Et ce n’est pas la seule cervoise à être brassée dans la cité des grands moulins: la brasserie artisanale La Parisienne a elle aussi choisi l’année 2016 pour s’installer dans une ancienne usine de compresseurs, au 29 de la rue rue Cartier Bresson.

Les deux  brasseries pantinoises se visitent, avec à la clef la possibilité d’apprendre à brasser votre propre bière. Rendez-vous sur le site Tourisme 93 pour visiter la brasserie Gallia (7€) et la brasserie La Parisienne. (12€).

Quand on parle de boissons maltées, de soleil et de terrasses, on pense inévitablement aux cigarettes qui s’invitent à la bouche des parisiens…et là encore Pantin a été en première ligne dans la fabrication de ce plaisir coupable.

Implantée au 140 avenue Jean Lolive en 1876, la Manufacture des Tabacs a produit cigares et cigarettes jusqu’en 1982. Jusqu’à 728 employés y travaillaient à la fin du XIXème siècle. Comme beaucoup d’activités industrielle, la fabrication de cigarettes françaises a souffert de la concurrence mondiale et l’usine a du éteindre ses machines en 1982. Elle a été détruite en 1992 pour laisser place à un petit parc et à des bâtiments administratifs.
Mais qui sait, peut-être dans 50 ans de jeunes franciliens passionnés auront-ils l’idée de réimplanter une fabrique de tabac dans notre cité pantinoise?

En clap de fin de cet article nous vous proposons le « boom » de fin de la Manufacture des Tabacs le 14 février 1992, drôle de Saint-Valentin!

Abonnez-vous à la Newsletter
S'abonner